Dermatoses parasitaires des Rongeurs et du Lapin

de compagnie

 

 

TROMBICULOSE

 
EPIDEMIOLOGIE
 
  • Spécificité

Aucune: le parasite se nourrissant sur de nombreux mammifères dont l’Homme, ainsi que sur des reptiles et des oiseaux.

 
  • Répartition géographique

Cosmopolite, très présente en Amérique, Europe et Australie.

 
  • Caractère saisonnier

-Les symptômes apparaissent en fin d’été, début de l’automne (période d’apparition des larves).

-Le parasite peut également être actif en hiver, en fonction de la température et du degré d’hygrométrie.

 
  • Prévalence/ incidence

Rare

 
  • Facteurs de réceptivité

-Influence du mode de vie: lapins ayant accès à l'extérieur.

 
  • Résistance dans le milieu extérieur
-Adultes: plusieurs semaines l’été et état de quiescence pendant l’automne et l’hiver.
-Larves: plusieurs semaines.
 
  • Mode de contamination

-Transmission indirecte par l´intermédiaire du milieu extérieur contaminé : lapin en contact avec des végétaux notamment

-De nombreuses espèces d’animaux sauvages ou domestiques peuvent servir de réservoir au parasite.
   
  • Contagiosité

Aucune

   
  • Caractère zoonosique

-Absent: l'Homme peut être infesté par des larves de Trombiculidés, il se contamine alors à la même source que l'animal.

 

PATHOGENIE

-Action traumatique: lors du repas sanguin
-Action allergisante: une réaction d’hypersensibilité est observée suite à l’inoculation de salive.

 

SYMPTOMES ET LESIONS
  • Prurit intense
  • Dépilations
  • Squames
  • Croûtes
  • Erythème

LOCALISATION:

Zones où la peau est particulièrement fine : intérieur et extérieur des oreilles, pourtour des yeux, membres (notamment les espaces interdigités), et la zone péri-anale.

 

 

Lésions de trombiculose chez un lapin.

Photos: Service de dermatologie de l'ENVL

 

DIAGNOSTIC
  • Suspicion épidémio-clinique

Suspicion lors de dermatite très prurigineuse d'apparition subite, sur des lapins ayant accès à l’extérieur pendant l’été.

   
  • Diagnostic différentiel
  • Autres dermatoses parasitaires prurigineuses et alopéciantes : gales sarcoptique, notoédrique et psoroptique, cheyletiellose, infestation par Listrophorus gibbus, dermatophytoses, phtiriose, pulicose
  • Infection bactérienne
   
  • Examens complémentaires

- Observation directe : l’observation d'une seule larve à l´oeil nu ou à la loupe binoculaire suffit pour établir un diagnostic de certitude.