COPROSCOPIE PARASITAIRE
 
 
 
 
Diagnose > Petits Ruminants > Caprins > Arbre diag. oeufs et kystes > Ookyste de Eimeria spp > Eimeria spp
Eimeria spp
 

Le genre Eimeria appartient aux Protozoaires Apicomplexa, classe des Coccidea, ordre des Eimeriida, famille des Eimériidés (37). Chez les Caprins, 10 à 12 espèces appartenant au genre Eimeria sont potentiellement pathogènes. Les plus dangereuses sont : E. arloingi et E. ninakohlyakimovae (53), (123).
On regroupe souvent ces espèces d'un point de vue clinique sous le terme général de " coccidiose ".


Epidémiologie
- Individus sensibles : animaux relativement jeunes (3 semaines à 5 mois (149)). L'expression de la maladie est favorisée par l'existence concomitante de facteurs de stress (sevrage, constitution de lots…) et la surpopulation.

- Saison : possibilité de survenir toute l'année.

- Mode de contamination : ingestion de végétaux contaminés ou d'eau souillée par des ookystes sporulant dans le milieu extérieur et éliminés par des animaux malades ou des animaux porteurs.

- Résistance du stade infestant : la résistance des ookystes est assez grande (résistance à l'eau de Javel, résistance au froid). Néanmoins, ils demeurent très sensibles à l'absence d'humidité et sont détruits par la vapeur d'eau sous pression.


Cycle parasitaire
Le cycle est monoxène.

Les Caprins s'infestent par ingestion d'ookystes sporulés. Ces ookystes libèrent des sporozoïtes au niveau de l'intestin grêle (dans la portion jéjuno-iléale) ou au niveau du cæcum ou du côlon (123). Ils donnent naissance à des schizozoïtes, formes de la multiplication asexuée ou schizogonie.

La reproduction sexuée est également possible. Par gamétogonie, les schizozoïtes évoluent en microgamètes et macrogamètes. L'union de deux gamètes aboutit à la formation d'un ookyste émis non sporulé avec les fèces.

La sporogonie a lieu dans le milieu extérieur. Les ookystes sporulent en quelques jours. Ils deviennent alors infestants.

cycle_eimeria_spp

Ppp = 2 à 3 semaines.
Sporulation = 2 à 5 jours.
D'après (132).

Clinique
La forme clinique se manifeste par une diarrhée parfois hémorragique, provoquant une déshydratation importante (149). Les animaux sont apathiques et présentent de l'anorexie. La mortalité peut atteindre 15% (60). Les performances zootechniques sont très affectées.

Lors de formes subcliniques, on peut observer une perte de poids (149).


Prophylaxie (132)
- Prophylaxie sanitaire : locaux propres et secs, isolement des malades, pratique du vide sanitaire, nettoyage des locaux avec de la vapeur d'eau sous pression.

- Prophylaxie médicale : elle est théoriquement recommandée à chaque fois que les animaux sont soumis à un stress. De nombreuses molécules sont disponibles.