Dermatologie parasitaire du chien

             
Accueil Index Diagnose Techniques Symptômes Lésions Bibliographie
             

 

 

Ecouvillonnage et curetage auriculaire

   

Quels parasites chercher ?

Otodectes cynotis
Malasseziac sp.

Demodex sp.

 

«««
«««
««

 
     
 

Matériel nécessaire

   Otoscope et un jeu d’embouts de tailles différentes
   Ecouvillons
   Curettes de Wolkman
   Lames de microscope dégraissées
   Lamelles
   Lactophénol
   Kits de coloration rapide (Diff Quick®, RAL 555®)
   Microscope otique
   Huile à immersion

 

 

Méthode et réalisation

La récolte de cérumen est réalisée dans la partie profonde du conduit auditif externe de chaque oreille, avec un écouvillon ou une curette de Wolkman.

L’examen peut être réalisé à l’aveugle ou sous visualisation à l’otoscope.

L’emploi d’une curette permet de récolter plus de cérumen, mais présente l’inconvénient d’être souvent mal toléré par l’animal.

En cas de prélèvement difficile (animal nerveux et agité, otite douloureuse), il peut être nécessaire d’avoir recours à une tranquillisation.
 


Récolte de cérumen avec un écouvillon
(photo G. Bourdoiseau, parasitologie ENVL)
 

 
 


Etalement de cérumen en faisant rouler l'écouvillon
(photo G. Bourdoiseau, parasitologie ENVL)
 

Le matériel prélevé est ensuite étalé sur plusieurs lames, en prenant soin d’éviter de déposer de gros amas épais de cérumen, qui rendent l’observation microscopique du prélèvement impossible.

Pour la recherche d’acariens, on ajoutera quelques gouttes de lactophénol (qui présente un pouvoir éclaircissant) à l’étalement de cérumen, que l’on couvrira ensuite d’une lamelle. La lame est observée au microscope, au faible puis fort grossissement, le diaphragme étant fermé.
 

 

Il est également possible de réaliser un examen cytologique pour la recherche de levures et bactéries, en réalisant une coloration rapide de la fine couche de cérumen étalée sur la lame. On recouvre ensuite la lame d’une lamelle et on observe le prélèvement au microscope au fort grossissement (x100) à immersion.
 

Interprétation

puce Recherche d'ectoparasites
 

Si on observe un seul stade d’Otodectes (œuf, larve, nymphe, adulte) ou une seule larve de Trombicula, on a un diagnostic de certitude.

En revanche, la confirmation d’une otodémodécie nécessite l’observation de plusieurs adultes et/ou de formes immatures (œufs, larves, nymphes, adultes).

Lors d'une otite d’origine parasitaire (otacariose en particulier), il n’est pas rare de n’observer aucun acarien sur la lame. Deux causes sont possibles : soit le prélèvement est trop pauvre, soit des complications infectieuses (bactéries, levures) ont rapidement créé un milieu défavorable à la multiplication de l’acarien.
 

puce Recherche de Malassezia

Il est quasiment impossible d’attribuer la responsabilité d’une otite à la présence de levures dans le conduit auditif externe, car ce sont fréquemment des agents de surinfection qui n’interviennent que secondairement. Leur rôle pathogène est suspecté si on observe des éléments levuriformes en grande quantité.

En cas de doute, on peut avoir recours à une culture mycologique à partir du prélèvement de cérumen par écouvillonage
.

De plus, environ 1/3 des chiens sont porteurs sains de Malassezia dans le conduit auditif externe.